Vincent Bioulès

Né en 1938, vit et travaille à Montpellier

Avec entre autres, Pierre Pincemin et Claude Viallat, Vincent Bioulès est l’un des fondateurs du groupe Support/Surface, l’un des derniers mouvements de l’avant-garde française, effectif au début des années 1970.

A cette période, il travaille le chromatisme en bandes verticales juxtaposées obtenues grâce à un rouleau adhésif, où l’œuvre s’émancipe de tout contenu narratif. Ses toiles témoignent d’une grande rigueur de construction et d’un travail de la matière, tour à tour lisse et légère ou épaisse et appliquée dans une touche apparente. Le milieu des années 1970 est une époque charnière dans la carrière de l’artiste qui délaisse l’abstraction pour la figuration. Loin d’être une rupture, ce changement est une évolution, une transposition des leçons abstraites vers le motif.

Les panoramas qu’il représente sont issus d’images mnémoniques, captées en plusieurs fois, à plusieurs moments de la journée, recomposées ensuite à l’atelier. Il explore la couleur et la lumière dans des compositions frontales, des formes découpées, synthétiques, inventant une complexité nouvelle. Ses œuvres témoignent de « ce qu’il y a d’irremplaçable dans l’instant » dans une recherche reflétant son passage par l’abstraction : « Ce que je fais aujourd’hui n’aurait pu exister sans l’expérience précédente de l’abstraction ».

Le musée Fabre consacre une rétrospective à l’artiste du 15 juin au 6 octobre 2019.